À savoir

Quoi de neuf ? N°2, vu, lu et entendu

Par: Camille ALARY  

En bref: Une première au Maroc, liberté de la presse, Paris-Tanger, risque de pénurie d’eau, à fond la caisse...

 

Une première au Maroc !

La liste des oiseaux répertoriés au Maroc vient de s’enrichir. Les ornithologues marocains ont observé, au nord du pays, une espèce jusqu’ici jamais découverte sur les terres marocaines: le Gyps africanus ou vautour africain. C’est dans les environs de Tétouan que des ornithologues marocains ont observé, il y a un peu plus d’une semaine cette espèce pourtant rare. Si rare que l’événement a même attiré la curiosité des spécialistes étrangers notamment Anglais et Français. Au Maroc, l’observation des oiseaux se fait l’aide d’appareils photos à des points stratégiques bien définis et la zone de Jbel Moussa près du port de Tanger-Med est  l’un des meilleurs points d’observation de la migration des oiseaux dans le pays.

 

Liberté !

Les travaux du 7ème Congrès du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) ont débuté vendredi dernier à Tanger. Cet événement, qui coïncide avec la célébration du 50e anniversaire du SNPM, a réuni le ministre de la Communication, le wali de la région de Tanger-Tétouan, le maire de Tanger ainsi que les responsables et professionnels des médias des différentes régions du Maroc. Objectif?  L'adoption d'un nouveau code de la presse et le développement de la formation dans le but de placer l’humain au centre des intérêts de la profession. Ainsi, le SNPM entend témoigner de la pérennité de son action menée depuis sa création, en faveur de la défense de la liberté de la presse et de l'expression ainsi que de l'amélioration des conditions des journalistes et professionnels du secteur.

 

Paris-Tanger

Des élus français d'origine marocaine d'Ile-de-France et les responsabes de la mairie de Tanger ont organisé samedi un important forum dédié aux développements social, culturel et économique de la ville du Détroit. La rencontre, première du genre, s’estfocalisée notamment sur les perspectives de coopération entre la région de Paris et la mairie de Tanger dans les domaines de l'urbanisme, du transport et du logement. Quant au volet de la formation culturelle et artistique, la France a témoigné son intérêt pour des projets de coopération avec la mairie de Tanger, une ville connue par ses diverses créations artistiques et son patrimoine culturel.



Coup de chaud?

Tanger revivra-t-elle le cauchemar des coupures d'eau? Pourtant considérée comme la plus arrosée des régions du royaume, la ville pourrait entrer en zone de turbulences. En effet, selon l’Agence du bassin hydraulique du Loukkouss, les besoins en eau de la région nord seront couverts cet été, à l’exception de ceux de Tanger qui risque de connaître quelques jours difficiles lors des périodes de pointe. Actuellement, le dispositif alimentant la ville de Tanger a une capacité qui permet de satisfaire convenablement les besoins actuels de la population mais la ville a une soif insatiable: croissance démographique, développement industriel, etc. Ces éléments font de Tanger l’une des villes où la consommation en eau augmente le plus rapidement avec 6%, soit le double de la moyenne nationale qui tourne autour de 3%.

 

À fond la caisse

Retour en image sur le Le Grand Prix automobile de Tanger qui s'est déroulé les 7 & 8 juin.