Sortie, Lieu

La Pagode

Par: Camille ALARY  

RESTAURANT VIETNAMIEN Depuis quatre décennies, Daniel et son épouse Diep mettent leur savoir-faire au service d’une clientèle fidèle, de générations en générations. En effet, lorsque le couple a quitté Casablanca pour commencer cette aventure tangéroise en 1974, il ne se doutait pas qu’un tel succès les attendait. Si la ville a changé, subissant remodelages et liftings au fil des saisons, le restaurant, quant à lui, n’a pas pris une ride.

 

Trois générations de clients


 

Si Daniel possède un sens de l’accueil et de la courtoisie bien connu de ses habitués, tous ne savent peut être pas qu’il est également un gestionnaire hors pair, gérant à la fois l’accueil, le service et l’approvisionnement des denrées. En effet, chaque jour, il se rend au marché pour sélectionner lui même les meilleurs produits, à l’image du boeuf, dont il n’achète que du filet d’une extrême tendresse.

Plus en retrait, Diep, native du Nord de la Thaïlande, partage avec ses commis de cuisine, son respect des recettes et des traditions culinaires. De la cuisson du riz, à la rigueur de la découpe, elle veille au grain, pour que chaque plat qui fasse son entrée en salle, soit un émerveillement pour l’hôte qui aura la chance de le porter à sa bouche.

 

La décoration transporte dans un autre continent. Les grands poissons de l’aquarium, eux mêmes, ne sauraient dire le contraire. Des murs peints en rouge et rehaussés par quelques formes dorées. Les chaises d’un noir ébène, toutes gravées du logo de l’enseigne. Les tables, nappées de blanc, sur lesquelles verres et assiettes côtoient immanquablement un duo de baguettes. Les lumières tamisées, source d’une atmosphère cosy et distinguée… Chaque élément du décor a su prendre sa place au fil des années, marquant ainsi les mémoires de clients, de leurs enfants, et de leurs petits-enfants, qui continuent inlassablement à venir, encore aujourd’hui.

 

“L’âme du restaurant, c’est sa clientèle.”

 

Loin de tous ces restaurants qui se disent internationaux, et nous servent de la cuisine préfabriquée, à peine réchauffée avant d’être envoyée, ici, tout est fait dans l’instant. Ce n’est qu’à partir du moment où le client passe commande que la préparation débute.

Du fait minute, chaud, et frais à la fois...

 

Du côté de la carte, le choix, bien que quelque peu restreint, garantit de faire le tour de la gastronomie thaïlandaise. Mais l’avantage est, qu’au moins, chaque plat du menu peut être servi, à l’inverse de certains qui proposent une carte sans fin, mais dont la moitié des plats n’est pas disponible, faute d’approvisionnement.

 

Pour bien commencer, quelques mets savent faire sensation auprès des gourmets. Les soupes sont tout indiquées, comme la soupe Pagode à base de volailles, pâtes et champignons, ou la tonkinoise, du Nord du pays, une spécialité de Diet, qu’elle réussit à merveille.

Les salades fraîches mélangent crudités finement émincées, poulet et crevettes pour créer une explosion de saveurs. Plus classiques, mais tellement bons, les nems ou les beignets de crevettes sont servis avec une sauce aigre-douce maison. Un véritable régal, à tel point que cette sauce est devenue mythique au sein du restaurant, forçant parfois certains habitués à en commander des litres à emporter.

 

En termes de spécialités thaïs, l’incontournable riz cantonnais, réalisé selon la tradition, propose de savourer poulet, crevettes et champignons dans une parfaite harmonie de goûts. Le Chow-mein (My-sâo), est une autre des recettes phares de Diep, réalisé avec du boeuf et des légumes sautés. Le Bô-bun est un plat chaud froid, présenté sous forme d’émincés de boeuf sauté sur un lit de crudités finement hachées.

 

Côté poissons, le chef ne sélectionne que des espèces de premier choix, à l’image de l’ombrine, à la chair ferme qui résiste bien à la cuisson en sauce. Au curry, au gingembre ou à l’aigre douce, servie avec un délicieux riz vapeur.

Côté viandes, la carte propose des déclinaisons de poulet, boeuf et canard. À la citronnelle fraîche ou germes de soja, tous deux produits par les propriétaires du lieu. Sautées aux champignons, aux amandes croquantes, sucrées-salées, à l’ananas ou à l’orange. Avec des pousses de bambous, ou bien dans un assortiment d’oignons et poivrons, formant ainsi un succulent mélange.

Côté desserts, tout est fait maison. Le gingembre confit notamment, qui saura réveiller les papilles après un copieux repas. Ou plus simplement, le nougat glacé, la tarte au citron, ou encore, la glace au whisky… des petites douceurs qui ont conquis le cœur des nombreux habitués des lieux.



Tél. 05 39 93 80 86

3 rue El Boussairi